METALDREAM Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

chronique Hybrid Harmony "Mislaids Myths"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> CHRONIQUES ALBUMS.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elfika

Musicien/Chroniqueur
Musicien/Chroniqueur

Hors ligne


Inscrit le: 07 Mai 2014
Messages: 144
Localisation: Paris
Date de naissance: 10/06/1973
Sexe: Masculin
Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
MessagePosté le: Mar 18 Juil - 18:44 (2017)    Sujet du message: chronique Hybrid Harmony "Mislaids Myths" Répondre en citant

Hybrid Harmony  « Mislaids Myths » 
 

 
  Origine : France – région Toulousaine

Date de formation : 2005

Précédentes productions :

3 EP dont le très remarqué « 1244 Terror among the stones » chroniqué ici pour MétalDream.

 

Lin-up :

Evodie Domenech : Chant

Fabrice Roman  : Guitare

Khrys (Christophe) Boquel  : Basse

Thierry  Lacoux : Batterie



 
Contacts :



http://hybrid-harmony.com

http://www.facebook.com/hybridharmony

 

« Mislaid Myths »

01 : Inside Fire

02 : Thunderstorm

03 : Divine Elements

04 : Northern Lore

05 : Call of the sea

06 : Clef de sang

07 : Bright Dark World

08 : Mothers’ Gaze

09 : Mislaid Myths



 
  La pochette de l’album revient à un artwork dessiné qui s’était un peu perdu ces derniers temps, les visuels s’étant plutôt orientés vers des photos montages.

Ce côté que certains pourraient qualifier de « vintage », n’a pourtant pas perdu de son charme, et la pochette de « Mislaid Myths » est de plus bel effet et s’accorde à merveille avec la thématique annoncée de l’album via son titre. « Les mythes égarés »… Mais nous découvrirons au fil de cet album que ce n’est pas la seule référence implicite porté par ce design.



Il n’y a pas de choix artistique qui ne soit dû au hasard dans un album, depuis le titre, en passant par les visuels et jusqu’aux morceaux, un album est un tout dont il faut savoir embrasser la globalité pour mieux l’apprécier.  Avec cette pochette, Hybrid Harmony nous ouvre une porte et nous désigne un chemin, ou du moins, une direction au sein de leur univers musical. Alors, poursuivons sans plus attendre…



L’album s’ouvre avec « Inside Fire », intro qui met tout de suite dans l’ambiance, et l’on reconnait tout de suite le style « Hybrid Hamony » posé sur « Terror among the stone », piano, violons et ambiance de coin de feu aux consonances anciennes nous accueillent, et l’on s’attend à entendre le début d’une légende d’un autre temps, contée par un sage d’un autre temps…

Ce conte prend la forme d’un riff puissant et rythmé, gros son, grosse attaque, l’entrée en matière est sans concession.

Le son est très bon, puissant et équilibré et nous donne tout de suite le ton d’un album soigné en matière de post-production.

Les orchestrations savent trouver leur place, ni trop effacées, ni trop envahissantes, soutenant et mettant en valeur une guitare très active qui flirte avec les accords de puissances et les riffs de métal progressif.

La première surprise vient du chant. Le morceau ne commence pas ni en anglais, ni en français, mais en espagnol.

On est surpris, et du coup l’on redouble d’attention sur un morceau très dynamique et puissant, aux mélodies accrocheuses.

La voix est parfaitement posée, à l’aise dans toutes les langues utilisées, puissante dans un registre soprano – mezzo mais pas que. Cette maitrise vocale est vraiment du plus bel effet, apportant une touche très personnelle du groupe de part un choix artistique audacieux.

Le style du groupe se confirme, et s’affine, le travail son, arrangement, orchestrations et des riffs a clairement évolué et ce premier morceau nous en donne un premier avant-goût plus que prometteur.



« ThunderStorm » enchaine sur la même lancée que son prédécesseur.

Des guitares très présentes, précises, se construisant autours de riffs et de soutiens rythmiques nerveux et puissants, le son est vraiment très bon.

Evodie évolue dans un chant qui flirte dans des registres tantôt rock, tantôt lyriques, avec grâce, puissance et mélodicité.

La section rythmique s’affirme avec force avec une basse qui, si elle pourrait paraître discrète aux premières mesures, n’en demeure pas moins redoutablement efficace et présente, avec cet équilibre entre chaque instrument qui s’avère parfaitement maitrisé depuis les premières notes de cet album.

Si le morceau ne s’embarrasse pas d’une intro démesurée, il n’en reste pas moins redoutablement efficace niveau orchestration et le potentiel lyrique d’Evodie se déploie au fur et à mesure que nous progressons au sein de très belles lignes mélodiques toujours soutenues par des guitares puissantes, tranchées et une très belle section rythmique.



« Divine élement » démarre avec une touche de douceur, ambiance calme, où la voix se pause presque en ambiance intime sur un violoncelle en contre mélodie.

Une très belle maitrise des orchestrations qui nous amène à une montée en puissance du morceau très bien amenée par la section rythmique.

Le travail d’arrangement vocal se révèle très fin et particulièrement bien gérée sur la ligne de chant qui monte en puissance.

Le morceau s’envole avec une entrée en puissance des guitares et un très bel élan rythmique, au grès des ambiances, alternant douceur et puissance nous avons l’impression de naviguer dans les cieux, entre montagnes et plaines, mais pour un morceau qui s’intitule « Divine Elements » ce n’est peut être pas si étrange.

La section rythmique se révèle extrêmement pointue sur les parties en double croches,.

Malgré un final où les parties vocales se déroulent en phrasé parlé, le morceau semble un peu peiner à atteindre ses 6 minutes. Petit point détail car il n’en demeure pas moins une très belle pièce aux multiples facettes très agréable à écouter.



« Notherm Lore » embraye le pas, l’intro laisserait penser à un morceau calme, il n’en est rien, au bout de quelques secondes un riffs puissant introduisant le chant saturé nous plonge au cœur d’une ambiance « nordique » métal à la Viking.

Le style du groupe est désormais bien en place, et le souci du détail est omniprésent, dans les arrangements vocaux, orchestraux, les bruitages, les riffs guitares, tout est en place pour nous plonger aussi dans des ambiances.

Les orchestrations méritent une fois de plus quelques lignes, on pourrait les trouver discrète, mais la finesse de leur intégration tantôt sur les riffs guitare qui ne cessent de pousser en puissance, tantôt en soutien des lignes vocales, donnent un résultat d’une grande cohérence et d’une fluidité de plus agréables.

Une partie chant en espagnol nous rappelle que le groupe n’hésite pas à sortir des sentiers battus et s’autorise avec succès des chemins de traverses qui ne manquent pas d’attirer l’oreille.



Avec « Call of the sea » là aussi, pas de fioritures, grosse intro en full, riff de guitare lead qui donne tout de suite le ton.

Le morceau est accrocheur, la mélodie bien amenée et très bien mise en valeur. Le pont est un grand moment, passage en français, chœurs qui est vite repris par le refrain, entrainant pas certainement pas lassant, gros riff de guitare, section rythmique au rendez-vous, le morceau mérite largement un coup de cœur.



A ce stade de l’écoute, j’ai coutume de faire un petit bilan de mi-parcours.

Hybrid Harmony nous a tout de suite emmenés sur ses terres,  on ne retrouve pas de références aux monstres sacrés du métal symphonique, pas d’ultime ersatz hommage à Whithin Temptation, Nightwish ou Epica, et pourtant, nous sommes bien dans un univers métal symphonique, aux côtés un peu sombres, empreint de beaucoup d’ambiances et très soutenu niveau métal.



Pour poursuivre l’écoute de cette seconde partie d’album, « Clé de sang » donne le ton dès son titre, en Français.

Là aussi, intro efficace, centrée sur les guitares et la basse, simple, mais redoutablement puissante avec ce riffs synchro en croches que l’on adore en métal.

Le chant est donc bien en français. Excellente surprise, car Evodie survole et emmène avec brio ce morceau qui s’annonce d’ores et déjà fourni en ambiances et rythmiques, et la langue de Molière ne lui pose aucun problème. Bien au contraire, elle semble l’exploiter pour donner à son chant une nouvelle dimension et un nouveau feeling.

Le refrain s’avère comme  toujours depuis le début de l’album très accrocheur.

On se plait à naviguer dans ce morceau qui attise la curiosité, autant par ses paroles que les multiples mouvements et séquences qui le composent. Mon second coup de cœur de l’album.



« Bright Dark World » nous fait faire une pause de calme et de douceur après cet enchainement de puissance métal.

Le piano fait son entrée, et un magnifique jeu de basse accompagne le morceau. La section rythmique n’a jamais démérité depuis le début de l’album, ce morceau lui permet de s’exprimer avec un délié et une mélodicité du plus bel effet. Sans aucun côté péjoratif, loin de là, nous avons là un très bel exemple de ballade comme seul le Hard Rock et le Heavy Métal savent nous les fournir.

Ballade, oui, mais qui s’insère à merveille dans l’album, et style sur lequel Evodie nous fait frissonner avec sa puissance vocale.



« Mothers’ Gaze » s’ouvre sur une performance vocale,  ambiance de forêt, nuit, contre lignes de cordes…  le morceau ne tarde pas à démarrer en trombe et avec une très grande puissance.

On retrouve une section rythmique ultra dynamique, soutenue par les guitares avant de se rejoindre sur de superbes riffs synchronisés qui flirtent sans mal avec du métal progressif.

D’ailleurs ce morceau a de fortes influences en métal prog, de par sa construction, ses riffs, leurs enchainement, précision et une certaine complexité qui ne lâche rien à la mélodicité soutenue du chant d’Evodie qui survole magnifiquement ce déluge de métal et de symphonique, avec des orchestrations cordes très actives.

Les 5mn24 du morceau sont un délice de puissance sans tomber dans les travers de l’ultra technicité qui flirterait avec les dissonances. La maitrise technique de chaque instrument est sans la moindre équivoque, et le tout reste dans le style mis en place par le groupe, puissant et mélodique, le fer et la plume…



Vient « Mislaid Myth » titre éponyme qui clôture cet album.

Là aussi, pas de fioritures en introduction, gros riff et entrée direct dans le vif du sujet.

L’inclinaison métal prog prise lors du morceau précédent reste présente tout en se glissant vers un côté très Heavy Métal.

Evodie nous déroule un panel de ses nombreuses performances et qualités vocales, aussi bien en chant lyrique, que parlé que rock, le morceau sonne vraiment comme un condensé du savoir-faire du groupe distillé tout au long de l’album.

Le chorus guitare nous emmène sans ambiguïté sur les terres du Heavy, et si les orchestrations semblent se faire plus discrètes, elles sont toujours là, présentes, efficaces, quand il faut et comme il faut pour sublimer le morceau.

Le final en acoustique et cordes donne un souffle d’air, un peu de calme, de ciel bleu dans ce déluge de métal et de puissance,  et c’est ainsi que se termine le morceau et l’album, sur cette note surprenante et pourtant si naturelle.

 

En conclusion, il y aurait encore bien des choses à dire sur cet opus.

Il ne faut surtout pas se laisser abuser par une apparente simplicité des morceaux qui en effet ne sont pas des explosions de méga orchestrations symphonique, voire orchestrales, car tout est là, oui, tout ce qui fait un excellent album de métal symphonique.

Je ne dirai pas qu’Hybrid Harmony révolutionne le genre, mais ils explorent avec virtuosité et brio l’un des nombreux chemins qu’offrent le métal symphonique et le résultat est à la hauteur du défis et des risques pris.

Car des risques, ils en ont pris, dans un monde sous domination de la langue de Shakespeare, introduire avec réussite du français et de l’espagnol, c’est un risque, flirter avec des styles et de genres aussi techniques que verrouillés que le métal prog  sans s’y perdre, c’est un risque…

Tous ces risques font de cet album ce qu’il est, le voyage annoncé vers les « Mislaid Myths »,en tant qu’ancien fan de Hard Rock et Métal des années 80, il m’est parfois arrivé en l’écoutant de ressentir ces riffs, ces tournures qui ont fait des grandes heures du Hard, un peu de « Running Wild »…

Pour toutes celles et ceux qui pourraient encore hésiter, je dirai, écoutez, prenez, le temps d’écouter au moins deux ou trois morceaux, et il y a fort à parier que vous serez conquis et écouterez les suivants.

Pris dans son ensemble, l’album se déroule de manière très agréables, avec parfois quelques petites longueur sans conséquences sur le plaisir global. Les morceaux pris individuellement révèlent leur subtilité au bout de plusieurs écoutes.

Les musiciens nous offrent ici de superbes prestations techniques et une très grande maitrise de leurs instruments qui sait s’exprimer au bon moment, à bon escient, pour le bien commun du morceau.

Evodie avec une tonalité et couleur de voix qui lui est propre nous emmène tout au long de ce voyage en surfant avec maestria sur de très nombreux registres vocaux  variés et complémentaires.

Enfin, l’album bénéficie d’une excellente production technique, une postproduction soignée, un soucis du détail présent sur chaque morceau, et d’un excellent travail de son, mixage et mastering propre à tous les albums conçus à un niveau très très professionnel.

« Mislaid Myths » est donc au final un excellent album pour toutes celles et ceux qui aiment le métal sympho, le Hard rock, le métal mélodique, le prog et qui ont envie d’explorer un autre chemin musical.

 
 
_________________
Manu - Elfika
Groupe de métal symphonique français
Site ELFIKA
facebook ELFIKA
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Mar 18 Juil - 18:44 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bruce

Administrateur
Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 09 Oct 2012
Messages: 7 677
Localisation: Metal land
Date de naissance: 08/10/1965
Sexe: Masculin
Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent
MessagePosté le: Mer 19 Juil - 17:38 (2017)    Sujet du message: chronique Hybrid Harmony "Mislaids Myths" Répondre en citant

Excellente chronique, comme d'habitude, sur un groupe génial.

J'ai eu un peu plus de mal, au départ, mais une fois dans l'album, on se laisse emporter dans le monde d'HYBRID HARMONY pouce

La chanteuse a une voix magnifique, les musiciens ne sont pas en reste, que dire de plus ???? C'est un album qui frise la perfection, encore une fois. Merci Mr Brennus pour toutes ces découvertes !!!! pouce
_________________
FACEBOOK METALDREAM.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:45 (2017)    Sujet du message: chronique Hybrid Harmony "Mislaids Myths"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> CHRONIQUES ALBUMS.
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure