METALDREAM Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Interview de Lumberjacks (Heavy Metal)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> INTERVIEWS.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Arno

Musicien/Chroniqueur
Musicien/Chroniqueur

Hors ligne


Inscrit le: 12 Oct 2014
Messages: 135
Localisation: Niort
Date de naissance: 11/02/1972
Sexe: Masculin
Verseau (20jan-19fev)
MessagePosté le: Ven 27 Mai - 17:01 (2016)    Sujet du message: Interview de Lumberjacks (Heavy Metal) Répondre en citant

 
 

 
 
Après un live report qui a affolé les statistiques du Forum Metaldream, je ne pouvais pas faire autrement que de tenter l’interview des Lumberjacks. Strike dès mon premier message et me voilà avec Arno, chanteur, et Lolo, bassiste, à peine une semaine après le concert à la Scène Michelet
S’il y a des interviews où j’ai dû batailler à coup de questions pour choper de la matière 1ère, avec les deux bûcherons rien de tout cela. Je n’ai eu qu’à écouter, à les laisser divaguer entre deux questions, de révélations en anecdotes, de clins d’œil sur le passé en projets d’avenir. Beaucoup de complicité, beaucoup de spontanéité… Et finalement, au-delà du talent de live performer (voir mon live report), un groupe qui prépare un album atomique, et qui se bouge, pour que l’aventure soit à la hauteur de leurs rêves. Un super moment de partage, avec 2 mecs en or.
 
Vous deux c’est une vieille histoire ? Vous vous connaissez depuis longtemps ?




Lolo : ouh la … euh… pfff… euh c’est compliqué
Arno : ouais, en fait on se connaissait depuis un peu de temps avant Lumberjacks, je sais même plus comment… c’est sur quelques concerts où je faisais de la photo de live je crois, et puis comme c’est une petite communauté quand même… Voilà, tu finis par rencontrer du monde et te faire des relations
Lolo : ouais, on avait postulé en audition pour un autre groupe, moi comme bassiste et Arno comme guitariste… On n’avait pas donné de suite
Arno : C’est toi qui est venu me chercher quand même
Lolo : on s’connaissait comme ça plus ou moins, mais pas spécialement musicalement, surtout qu’Arno est pas sur le même style de musique que moi au départ question guitare
Arno : putain c’est con… ouais chuis plus funk côté guitare…  mais j’ai quand même auditionné pour Hell of a Ride !!! 




Mais parce que c’est ta façon de jouer de la guitare qui est funky ? Ou ce sont tes influences musicales au départ ?




Arno : j’écoute du blues, du funk, du rock, de la soul, du métal… De tout... Et en fait on s’est même pas parlé au début entre musicos Lolo et moi… J’étais là en tant que photographe
Lolo : moi je suis assez à fouiller, à chercher… et puis j’avais un projet de groupe, je commençais à bien aimer Arno comme mec, et je suis tombé sur des vidéos youtube ou facebook où il s’était enregistré en guitare sèche/chant, et puis j’ai bien aimé son chant… Et à ce moment je commençais à monter Lumberjacks… Arno est pas le premier que j’auditionnais… En fait si tu veux comprendre faudrait remonter bien avant… Oh la vache, je vais te niquer la structure de ton interview !!! Pendant l’été 2013, je venais d’arrêter un projet avec le batteur de Wizzö, on répétait ensemble dans le 91… Mais je faisais 1h30 de toute pour arriver à la répèt… j’ai tenu un an et demi… et puis j’ai dit stop. Ensuite on m’a proposé de jouer dans Sister Moon, un tribute band… Mais c’était encore à l’autre bout de la terre, même si le truc était vraiment bien…




Parce que toi Arno t’es du coin ?




Arno : je suis de Colombes
Lolo : putain c’est le bordel ton interview… on structure les gars… j’en suis à fin 2014 là… !!! lol


Donc si je comprends bien, tu voulais plus faire de kilomètres, donc maintenant c’est les autres qui roulent !


Arno : en fait chuis à 25 minutes du Barde Atomique, on répète là-bas
Lolo : ouais c’est notre maison le Barde, on est chez nous.
Arno : j’me souviens au départ j’me suis dit… « putain le 78 c’est de l’autre côté de la Terre ! Le truc bien loin chez les bouseux ! Limite la Normandie !!! » lol… et puis en fait, ça va vite.
Lolo : heureusement que c’est pas loin de chez lui parce que faut pas qu’il parte ! Reste mon Nono !
Arno : bah surtout qu’au départ, j’me souviens de l’audition, c’était pas trop la route qui m’inquiétait… j’avais un chant plutôt rock, pas forcément ce qu’ils attendaient
Lolo : on voulait un chant plus heavy




Ah parce qu’il a pas un chant heavy tu trouves ?




Lolo : il a vachement évolué




Effectivement… tu écoutes l’EP, et tu vous écoutes en live… On se demande si c’est le même chanteur




Lolo : mais même pendant l’EP !
Arno : ah bah ouais, l’EP… pff…ma voix a tellement changé
Lolo : l’EP il a refait les voix au bout d’un moment, parce que l’EP … on a mis 9 mois pour le finir… ça a traînétraîné
Arno :  moi j’avais commencé à prendre des cours de chant, j’ai vraiment voulu m’investir dans le projet, j’étais à fonds… Et en 3 mois ma voix et mon chant ont progressé hyper vite, et du coup… je réécoutais ce que j’avais enregistré au début de l’EP et je me disais…Ah bah non ça va pas... On va refaire… je peux faire mieux
Lolo : quelque part heureusement que l’EP a traîné
Arno : ouais c’était très long, je restais très tard la nuit au Barde pour le mix
Lolo : oui le taulier du Barde faisait un peu de son, on répétait sur place, on s’était dit que ce serait sympa d’enregistrer sur place avec lui. Sauf qu’il a tellement de trucs à gérer… Qu’on a traîné, traîné… Du coup certaines fois, on faisait notre répèt, et à minuit à la fin de la répèt on partait travailler sur l’EP…
Arno : et quelques fois à 3h du matin… j’disais « sors le micro, je refais une voix »




Donc vous avez créé le groupe, et à peine commencé vous êtes passé en mode compo et EP ?




Arno : Pire !! Ah bah si !!! On est fous on est inconscients !!! On a fait les 10 ans de la grosse radio trois mois à peine après la création du groupe, avec 4 compos à peine répétées et qu’on était en train d’enregistrer…
Lolo : on était un ptit groupe, les guests sympas de la soirée, c’était cool
Arno : mais bon, ensuite on a enchaîné tout de suite les concerts… tout en enregistrant… C’était trop bon de jouer ensemble en live


Sauf que quand tu joues les morceaux en live, tu prends le risque de les voir changer et évoluer


Arno : ouais mais on avait les grosses bases de chaque morceau
Lolo : pfff… je sais même pas si on a eu le temps de prendre du recul sur les titres. On était lancés. Tout s’est enchaîné. Hyper vite pour le coup.


Mais donc pas de rodage en tant que groupe avec un peu de reprises… Directement en mode Lumberjacks, même quelques concerts d’essais pour voir si la mayonnaise prenait ? C’est surprenant


Arno : en fait, par rapport à ça, pour revenir sur l’audition… Lolo et les autres avait enregistré 3 instrumentaux qu’ils m’avaient envoyés avant l’audition. Et puis je me suis dit, je vais pas y aller comme ça avec rien… J’me suis dit, ils veulent un chanteur, faut que j’ai un truc à chanter, donc j’ai écrit des textes pour l’audition, finalement j’étais en train d’écrire l’EP alors que j’étais pas encore dans le groupe ! Ca a commencé comme ça. J’y suis allé avec mes feuilles et basta…
Lolo : du coup ça s’est fait naturellement, le gars il arrive il a déjà les textes… l’audition est presque devenu une première répèt, c’était mortel. Pourtant du bon yaourt aurait suffit.
Arno : ouais mais moi ça me semblait évident… et puis j’avais déjà l’histoire de l’EP en tête quand j’ai attaqué l’écriture, en plus peu de temps après je partais au Québec, j’avais déjà l’idée de la pochette de l’EP … Je voulais revenir du Quebec en ayant photographié une cabane en bois, un truc un peu destroy qui irait bien avec l’histoire



 
 


Du coup c’est pour ça que vous vous appelez Lumberjacks ? T’as rencontré des bucherons au Canada ?




Arno : Le coup du Canada c’est assez marrant… le groupe s’appelait déjà Lumberjacks, Lolo avait déjà le nom
Lolo : c’est moi qui avait décidé. Ouais, j’me suis pris la tête à chercher un nom de groupe, je voulais un truc simple, pas de nom composé, qui sonne bien. A la base si tu veux dans mon esprit, au niveau des influences, j’voyais plus un truc à la Black Label Society, mais avec la voix d’Arno, le groupe a évolué, et sa montée en régime nous fait évoluer aussi sur les nouveaux morceaux.
Arno : oui oui, mais y a aussi l’arrivée de Rémi, notre nouveau guitariste qui y est pour beaucoup. Et donc… ça s’appelait déjà Lumberjacks et je partais au Quebec chez des amis qui avait un chalet au milieu de nulle part et j’ai joué le bucheron pendant 4 jours à couper des troncs d’arbre en moto neige… ca a collé direct !!! Et je savais que je reviendrais du Quebec avec une cabane.
Lolo : Tu reveux une mousse ?




Avec plaisir... Et le 4ème mousquetaire, le batteur, tu l’avais dans tes bagages au départ aussi ?




Lolo : attends putain, je sers la bière
Arno : oui c’était une connaissance, via facebook en farfouillant... Et puis Lolo a tenté le coup, il a contacté Hos l’été pendant qu’il était en vacances.
Lolo : en fait le début du projet c’est avec Ben, notre premier gratteux…




En fait t’es pas bassiste, t’es recruteur !!




Lolo : ouais, recruteur, bassiste, manager, serveur… et là j’ai pas le temps de remplir les verres ! Lol, on s’est lancé avec Ben, pour chercher quelques riffs… on cherchait un batteur qui colle au projet, un qui nous foute pas de la double pédale partout, et puis j’avais eu quelques contacts avec Hos. Donc j’ai tenté ma chance… Et au bout de quelques répet ça l’a fait facilement.
Arno : et moi je bois rien ?
Lolo : attend… Punaise on est revenu en arrière dans la chronologie… c’est le bordel ton interview !! Un peu de structure les gars… Bon les bières first…
Arno : putain c’est malin je me souviens plus de la question ! lol
Lolo : bon je résume… D’abord y a Lolo, qui est rejoint par Ben, ensuite Hos, ensuite Arno... ensuite on sort l’EP, Ben s’en va et Remi arrive. Voilà. Enchaine maintenant !!! lol
 
Le démarrage du nouvel album, le prochain, c’était quand ?




Arno : on compose en continu, on s’est jamais arrêté. Il nous faut de la nouveauté. D’une part pour avoir des durées de lives correctes, ensuite parce qu’avec l’arrivée de Remi, qui n’a pas le même style de jeu que Ben, il fallait aussi qu’on revoit quelques trucs, et puis ça nous paraissait logique d’enchainer.
Lolo : on n’est pas du genre à ralentir. Quand Ben est parti on a continué à répéter sans gratteux, Arno a pris la guitare pour qu’on joue à 3. Il aurait eu le niveau d’ailleurs, mais lui qui est gratteux à la base ne veut pas prendre la guitare sur Lumberjacks.
Arno : j’ai pris la guitare sur un morceau acoustique, qui est sur l’EP d’ailleurs, qui est une compo de Lolo chanteur d’ailleurs ! lol
Lolo : oui alors c’est compliqué ! A la base si tu veux c’est une compo à moi que j’avais chantonné pour lui filer la mélodie
Arno : il m’envoie un p’tit message… « Tiens j’ai un truc, écoute, tu peux essayer si tu veux »
Lolo : j’me dis cool, c’est une idée à moi et le gars il va me la bosser à la gratte il va faire un truc, c’est génial. Et puis le jour où il me balance le truc j’me dis... Bah c’est pas ça que j’ai chanté ! Et lui qui me dit « ah non pas du tout »
Arno : bah si tu veux, tes « lalalala… » Bon c’était marrant ! Et du coup sinon, on parlait de quoi ?
Lolo : putain de la structure les gars ! C’est le bordel là !
Arno : ah oui… Il était temps que Rémi arrive, et puis il fallait qu’il s’active pour récupérer les anciens morceaux parce qu’on avait des concerts qui arrivaient ! Donc on l’a collé au turbin.
Lolo : Ben, notre premier gratteux, nous a dépanné quand même sur 2 dates, le temps que Rémi soit prêt, dont une date avec Bukowski au Barde... Pas mal comme dernier concert !
Arno : et du coup on a enquillé les nouvelles compos direct.
Lolo : en fait pour tous les gratteux que j’ai auditionné j’avais donné 2 morceaux à bosser en une semaine, et Rémi avait vraiment bien bossé, ça m’avait plu.
Arno : Y avait des gars qui arrivaient à l’audition sans connaître les chansons, on a eu des grands moments de solitude. Des fois on se regardait en se disant, putain mais le gars il joue quoi ?
Lolo : on a eu des mecs qui jouaient du psyché, ou des gros solos tout seuls à la Slash… Bon c’était des moments sympas avec les gars, mais musicalement ça collait pas du tout. Rémi était le seul à arriver en les connaissant




Et du coup vous avez combien de morceaux maintenant




Lolo : 17
Arno : 14 !
Lolo : !!! lol !!! On a 17 fichiers sur notre Dropbox !!!
Arno : ouais mais y a plein de trucs qu’on a tenté… Mais bon, une quinzaine ouais.
Lolo : y en a qui se rajoutent, d’autres qui vont jarter




Donc tous les textes c’est Arno ?




Lolo : ah oui et puis il vaut mieux
Arno : oui tous les textes, sauf une qui n’est pas de moi, qui est d’un pote, « Last Letter »
Lolo : Hein ? Quoi ? Putain mais il va réclamer des droits après !
Arno : t’es con, tu le sais très bien !




Et du coup y a débat sur les textes entre vous ? Ils ont un droit de regard ?




Lolo : on s’en fout complètement
Arno : c’est pas qu’ils s’en foutent c’est qu’ils comprennent pas !!! lol
Lolo : on lui fait confiance




Et pourquoi en anglais ?




Arno : j’me suis pas posé la question. J’ai déjà écrit des trucs en français, mais ça sonne pas je trouve. Y a des groupes qui savent très bien faire ça, moi je suis plus à l’aise avec mes textes en anglais
Lolo : du coup il nous impose des backs, on comprend rien à ce qu’on dit
Arno : ça le désole !!!  lol… Les backs c’est essentiel pour nous, pour les morceaux mais aussi pour la relation entre nous sur scène. Rémi et Lolo chantent bien… J’en profite.




Et du coup dans votre process de créa, vous partez de la voix, du riff ?




Arno : riff de guitare ou d’une idée répèt… Moi je fais du yaourt pour trouver la mélodie et ensuite je pose les textes
Lolo : le changement de gratteux ça nous a vachement fait évoluer au niveau de la compo. Avant c’était Ben qui ramenait la plupart des riffs, souvent assez déjà structurés d’ailleurs, alors que maintenant Rémi compose mais c’est moins guidé au départ, et à l’arrivée c’est plus collégial, sans doute plus riche, avec plus de folie. Et c’est certain qu’on n’a pas tous les mêmes influences
Arno : oui et je trouve du coup plus simple pour moi de rappeler aux trois autres que le chanteur a sa tessiture… et qu’il faut quand même qu’en tonalité ça colle avec ce que je dois faire ou ce que je peux faire pour que le morceau fonctionne. Je galère moins à passer le message




Les priorités du groupe maintenant c’est quoi ? Le prochain album ?




Arno : la priorité c’est l’album. Je le répèterai jamais assez. On fait des scènes mais là maintenant c’est l’album
Lolo : tant que t’as pas un album béton on te prend pas au sérieux.
Arno : et puis… Pfff… On est fiers de l’EP, mais aujourd’hui y a trop d’écart entre l’EP et ce qu’on produit sur scène ou en répète.
Lolo : il nous le fallait rapidement l’EP, on est heureux de l’avoir, mais on sait ce qui arrive, et y a pas match.
Arno : on a tourné avec l’EP ou sans l’EP… On a commencé à se faire connaître comme ça, à avoir quelques fans, dont Rémi d’ailleurs
Lolo : oui Rémi on l’a connu parce qu’il venait nous écouter. En fan.
Arno : On est partis comme ça. Point. Maintenant il nous faut un album.
Lolo : cette année on voulait pas faire de concert, on voulait se concentrer sur l’album, on peut pas tout faire…
Arno : et puis on en a enregistré un nouveau titre déjà. L’idée c’était de clipper. On va te faire écouter. Mais le truc nous plait tellement une fois fini qu’on veut cette chanson sur l’album, en plus elle reflète le thème de l’album. Du coup on s’est posés, on s’est dit on fait quoi ? Et ben on la met de côté, on finit l’album.
Lolo : Faisons l’album…. Mais par la force des choses… On te demande un concert, et un autre, et un autre… Que des trucs sympas…Et puis au final… et merde, t’es blindé de dates !! On a tenu un mois à dire non !!!
Arno : et en fait ça nous empêche pas d’avancer sur la compo. Elles sont pas toutes finies.


Enfin si je compte... 15 chansons, moins l’EP… Y a un album de prêt non ?


Arno : non. Il faut qu’on bosse encore. Les 15 on les jouent pas toutes, et elles seront pas toutes sur l’album… En fait on en a 6 de prêtes.




« On écoute le nouveau morceau »




Arno : y a beaucoup de gens qui écoute l’EP, qui aime le son… C’est cool, mais ça va leur faire un gros choc !!! Une fois sorti l’album…. Le retour en arrière sera chaud !
Arno : on sera prêt en fin d’année, pour une mise en vente au printemps… Mais clairement on sait pas. En plus on sait pas combien de titres… 9 ? 12 ?
Lolo : ouais sauf qu’aujourd’hui l’industrie du disque… Un groupe comme nous, 12 titres ça coûte du blé mais on peut pas forcément monter le prix du CD pour financer. Mieux vaut avoir 8 ou 9 top morceaux bien enregistrés que remplir avec 12 titres comme ça se faisait y a 20 ans. Les gens fonctionnent différemment. Maintenant t’as besoin d’un album pour avoir des dates… Avant il te fallait des dates pour faire l’album.
Arno : 9 morceaux top, c’est l’objectif, avec un ou 2 singles qui se démarquent. Mais on a déjà des morceaux qu’on adore et qui marchent en live
Lolo : ouais on est contents on a hâte.
Arno : on veut vraiment un truc de qualité, qui soit pro. On a des potes qu'ont connait en live, et à qui on peut se comparer, et qui sortent des purs albums totalement ouf… Ca nous fait tripper et on se dit qu’on peut vraiment sortir du lourd.
Lolo : et puis le gars chez qui on enregistre, Ed, (Lower Tones Place – Margency – 95) on s’attend à ce qu’il nous bouscule, à ce qu’il nous tire vers le haut. On veut qu’il soit dans un esprit producteur, pas juste un type qui appuie sur le bouton « enregistrer ».
Arno : même si y aura sans doute des concessions difficiles à faire, parce que le groupe et les morceaux ont plus de vécu, en live surtout, et sont plus installés que quand on a enregistré l’EP. Mais bon, on veut discuter, on sait qu’il a de bonnes idées




Après cet album… Label ? Ou scènes un peu plus grosses ? Un peu plus loin ?




Lolo : un booker
Arno : ouais, des scènes plus grandes
Lolo : quand on voit les groupes qu’on connait et qui tournent… Le label leur apporte pas ce dont on a besoin pour le moment. En fait les mecs qui ont des dates ils passent des heures et des heures à se placer eux-mêmes c’est tout. Mais un booker sérieux… yes ça le ferait.
Arno : ouais, ce serait une autre étape… Quand on voit ce qu’on fait en pub et autre truc, on a déjà un bel impact… A notre niveau évidemment ! La priorité : un bon album, et un booker si ça fonctionne.
Lolo : sauf qu’on a beau faire tout ça, être créatifs… On a que trois ans, et un public ça s’acquiert au fur et à mesure… tout ne peut pas aller vite… Même si tu te bouges plus. Tu peux pas aller plus vite que la musique
Arno : j’avais commencé, dans mes moments de folie, à taper des festivals… L’EP est pas suffisant. Mais 3 ans après, avec l’album, les dates qu’on a faites, nos vues youtube et autres pages facebook… On va tourner j’en suis sûr. Donc l’album, l’album et encore l’album
Lolo : ouais et des beaux live report ça aide aussi !! Il nous faut les deux. L’effet boule de neige ça fonctionne. Si t’es bon en live… On est à l’époque des réseaux sociaux… Ca peut le faire vite. Dans un sens comme dans l’autre.
Arno : oui et puis c’est une somme de détails qui font que tu vas chercher des fans, un à un…. Ton nom, ton logo, ton visuel, ton merch, ta comm, ton album, des reports, les endroits où tu joues… Faut penser à tout, c’est un truc de malades.
Lolo : dans les groupes qui perceront jamais ou moins connus que nous y a sans doute des mecs meilleurs musiciens… Sauf que voilà... Maintenant faut se bouger le fion et sur tous les fronts.
 

 
 
Le visuel c’est qui ?




Lolo : c’est mon frangin, qui est infographiste
Arno : y a un autre facteur hyper important, c’est la photo. On a la chance d’avoir un super photographe qui nous suit, Bern’Art, le père de Rémi. Et du coup sur les réseaux, on met que des tops photos. Et y a pas que Bern’Art, en plus… Mais les photos de qualités : ça rajoute à l’image de sérieux du groupe.
Lolo : on n’attend pas que ça se passe… On avance, on trouve des solutions. Et on y croit.
Arno : on avance, on est créatifs... Tout le monde sent ça je pense autour de nous, et comme le public répond et suit… ça nous porte.
 
 
 
 FACEBOOK
 SITE WEB
 
 
 
 
 
 

_________________
https://www.facebook.com/The.Electric.Beans
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Ven 27 Mai - 17:01 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bruce

Administrateur
Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 09 Oct 2012
Messages: 7 529
Localisation: Metal land
Date de naissance: 08/10/1965
Sexe: Masculin
Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent
MessagePosté le: Sam 28 Mai - 15:10 (2016)    Sujet du message: Interview de Lumberjacks (Heavy Metal) Répondre en citant

Merci pour cette superbe interview !!!

Les LUMBERJACKS font la bonne musique, sont cools, pas de prise de tête avec eux, ils sont très fun mais prennent très au sérieux leur musique et c'est pour tout ça que j'apprécie le groupe. clin d'oeil

Je leurs souhaite le meilleur à venir, mais je ne m'inquiète pas trop, ils ont déjà de nombreux fans qui sont près à les soutenir et METALDREAM, toujours présent s'il le faut Heavy Métal

Avec Anne (Emone) qui est une inconditionnelle, nous ne risquons pas de rater le moindre événement. pouce

Beaucoup d'actualité pour LUMBERJACKS en ce moment, suivez-les de près !!!! tweested
_________________
FACEBOOK METALDREAM.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:50 (2017)    Sujet du message: Interview de Lumberjacks (Heavy Metal)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> INTERVIEWS.
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures