METALDREAM Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Chronique "The Warning Signal" de The Long Escape

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> CHRONIQUES ALBUMS.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elfika

Musicien/Chroniqueur
Musicien/Chroniqueur

Hors ligne


Inscrit le: 07 Mai 2014
Messages: 143
Localisation: Paris
Date de naissance: 10/06/1973
Sexe: Masculin
Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
MessagePosté le: Dim 3 Avr - 12:09 (2016)    Sujet du message: Chronique "The Warning Signal" de The Long Escape Répondre en citant

The Long Escape 
 
The Warning Signal 
 
 
 

 
 
  Présentation :

La force tranquille du Metal hexagonal a un nom : The Long Escape.
Déterminé, le quatuor parisien formé en 2009 et composé de Kimo (guitare/chant), Marius (guitare), Nico (basse) et Tom (batterie) enrichit son Rock/Metal à travers sa conquête perpétuelle de sonorités nouvelles.
Fort d’une première exploration en 2011 (« The Triptych ») saluée par la critique à laquelle s’est ajoutée une tournée des bases humaines, le vaisseau s’apprête à tirer le signal d’alarme avec un deuxième compte-rendu prévu pour 2015.
Nul doute que la mission "The Long Escape" serve d’exemple en matière d’ambition pour les générations à venir.
 
THE LONG ESCAPE "The Warning Signal" (2015)


Fondation le 1 janvier 2009
Origine : PARIS
Style : Progressive Rock Metal
 



Line-Up :
Kimo – Chant/Guitares
Marius – Guitares
Nicolas – Basse
Tom – Batterie




 
Track-listing :
 
1) The Noise
2) Seas Of Wasted Men
3) Awakened Ones
4) Million Screens
5) Digital Misery
6) Carnival Of Deadly Sins
7) Crashdown
8) The Search
9) Homo Weirdiculus
10) Slave
11) World Going Down
12) The Last Crying Man
 
Liens :
 
http://www.thelongescape.com/index.php?contenu=page_news&lng=fr (site officiel)
 
https://www.facebook.com/thelongescape/timeline (Facebook)





 
The Long Escape nous arrive de Paris avec un album présenté comme Métal – Rock Progressif.
Le quatuor n’en est pas à son premier coup d’essais, puisqu’en 2008 sort un maxi intitulé « Excess of empathy » avant le premier album en 2011 the « Tryptich ».
Deux œuvres saluées par la critiques et accompagnées d’une forte et remarquée présence scénique.
Le groupe avait alors imposé un style très personnel dans le monde rock-prog, avec « The Warning signal » avec ses 12 titres va-t-il amplifier cette tendance ?....
 
Dirigeons nous tout d’abord vers la pochette de l’album, comme je le dis toujours, une production c’est un tout, des compositions, un son, et du visuel. Un groupe qui soigne tous les aspects de son album montre par là sa motivation, son sérieux et sa capacité à fournir aux fans et aux futurs auditeurs un produit fini et abouti.
La pochette de « The Warning Signal » se présente donc sous la forme d’un art-work travaillé, de très bonne facture et réalisation qui s’avère un peu plus complexe que ce que le premier coup d’œil pourrait laisser croire. Ce sont ces petits détails cachés dans une pochette, ou mieux encore, pile sous nos yeux qui font la différence entre une belle photo et une pochette qui œuvre comme une porte ouverte sur l’album qu’elle cache.
 
Cette impression d’un album à double lecture sera d’ailleurs très présente tout au long de l’écoute de cette œuvre qui ne dévoile pas toutes ses subtilités dès le premier coup d’œil et d’oreille.
 
L’intro « The noise » si l’on ne peut pas lui reprocher grand-chose au niveau production et son ne sonne pas comme ces grandes introductions qui propulsent l’auditeur comme un tremplin. De mon humble avis, sa présence ou son absence ne ferait pas une énorme différence et l’on passe donc tout de suite au morceau suivant pour entrer dans le vif du sujet.
Mais elle a au moins le mérite d'ouvrir une certaine ambiance ou donner une première impression qui se retrouvera tout au long de l'album.

 
L’album s’ouvre donc réellement avec « Seas of wasted men » et nous entrons directement dans le vif du sujet.
Le son est bon, voire très bon même. Le morceau tranche entre son tempo modéré et une certaine puissance, voir nervosité des riffs guitares. Il est à noter, car ce n’est pas anodin, que l’album est entièrement auto produit, ce qui ne fait que rehausser l’avis déjà très positif porté à la production et aux finitions de l’album.
 
Avec ce premier morceau, tous les éléments du décor sont posés. Des guitares particulièrement affutés et efficaces, qui jonglent entre riffs inventifs et puissants et de très beaux solos, soutenus par une section rythmique particulièrement efficace qui, comme nous le verrons plus tard, va s’avérer redoutable à plus d’un titre.
 
La voix apporte aussi un côté particulier, oscillant entre graves, à la limite du saturé et un mi-aiguë où l’on sent que la limité haute est atteinte tout en restant maîtrisée.
De ce premier morceau d’ouverture se dégage une excellente impression de puissance sous contrôle, une certaine force tranquille, présente mais bien posée et qui ne demande qu’à s’exprimer pleinement. C’est donc avec beaucoup d’attentes que nous nous dirigeons vers le 3ème morceau.
 
« Awakened Ones » s’ouvre sur une ambiance planante avant de nous délivrer un excellent riff d’introduction. Le rythme est bien plus soutenu que le précédent morceau et les instruments réalisent un excellent travail rythmique sur lequel la voix se pose parfaitement, plus dans les registres graves. Le refrain est très entrainant et le morceau délivre nombre de petits ponts et transitions où chaque instrument se dévoile, je pense notamment à la basse qui commence doucement à sortir de son rôle de soutien rythmique pur.
Ce troisième morceau laisse une excellente impression et comme je le disais en préambule, nombre de petits détails se révèlent au bout de plusieurs écoutes.
 
Avec « Millions screens » le travail des riffs accentue son côté « métal – prog » et l’on s’acclimate de plus en plus au timbre de voix médium un peu particulier de Kimo, qui comme le reste de l’album ne se contente pas d’un seule écoute pour tout dévoiler.
Personnellement, j’apprécie les riffs nerveux entrecoupés de ponts beaucoup plus linéaires, cette alternance puissance – tranquille déjà mentionnée. Chaque instrument y trouve parfaitement sa place, même si les orchestrations à tendance indus se font un peu plus discrètes.
 
Avec « Digital Misery » on sent que le groupe a pris son rythme de croisière au sein de cet album. Tous les éléments ont été posés et sont désormais pleinement exploités, même si le morceau ne se présente pas comme une redite des précédents, sa structure et l’exploitation des riffs, harmoniques et du chant reste conforme aux morceaux précédents.
 
 « Carnival Of Deadly Sins » marque une petite pause en milieu d’album, morceau plus calme, malgré un travail guitare soigné et animé soutenu pas une rythmique qui ne faiblit pas.
Le morceau alterne toujours entre calme et attaques plus brutes qui nous maintiennent en haleine avant de retomber. A noter un très beau chorus guitares. On ne peut pas vraiment parler de ballade, nombre de passages du morceau en sont loin, juste d’une petite pause de milieu d’album. Apparences trompeuses… fausse eau dormante, ce titre ne dément pas ce qui prédomine depuis le début de l’album, ne pas se fier aux apparences et aux premières écoutes pour en apprécier toute la subtilité.
 
L’album déroule son lot de bons morceaux, avec une mention spéciale pour « The search » et sa superbe intro dominée par la basse qui réalise un superbe travail rythmique et harmonique.
 
Malgré de très nombreuses belles idées une certaine redondance s’installe à ce stade de l’écoute.
Comme je le signalais, les éléments principaux sont posés et parfaitement exploités et se retrouvent plus ou moins à chaque morceau. Heureusement, chaque titre comporte nombre de d’idées et particularité au sein des parties de chaque instrument qui empêche l’auditeur de sombrer dans la lassitude avec le risque de zapper sur le morceau suivant. On ne sait jamais vraiment comment chaque morceau va évoluer, et du coup, même si le style est homogène et parfois uniforme, on reste encore surpris par les multiples évolutions et progressions des morceaux.
 
« The slave » est un excellent titre, que je place dans mes coups de cœur de l’album. Riffs nerveux, déliés et entrainants, grosse rythmique, pont et transitions parfaites, avec un superbe travail de basse et de rythmique, même si le titre se veut plus linéaire niveau construction il est redoutablement efficace.
 
« World Going Down » amorce la fin de l’album avec une intro et une construction très indus. Le pont et sa reprise finale sont une excellente surprise, avec un riff endiablé basse-batterie avant de reprendre sur un refrain accrocheur.
Les guitares toujours extrêmement présentes depuis le début de l’album ne faillissent pas, jouant de leurs riffs lourds et puissants avant de se délier en constructions qui sonnent vraiment très métal-prog.
 
L’album se termine en apothéose avec le magnifique « The Last Crying Man » ou les ambiances acoustiques, planantes limite atmosphériques se disputent avec des riffs d’une très grande puissance où le chant n’hésite plus à plonger dans le registre saturé.
Comme TLE nous y a habitués depuis le début de cet album, le morceau ne tombe jamais dans la facilité, et ce sont de très beaux ponts, transitions qui ponctuent cette belle construction finale.
 
En conclusion, TLE nous délivre ici un album de très grande qualité, tant au niveau production et son qu’au niveau musical. Même si une certaine redondance de style s’installe au fil des morceaux, chacun de ces 12 titres apporte son lot de surprises, servis par des instruments d’une très grande technicité.
C’est un album très inspiré, avec beaucoup d’originalité. En définir le style serait à mon goût en restreindre la portée réelle et l’intérêt en l’enfermant dans une cage trop petite tant les influences sont nombreuses et variées.
Une seule écoute ne suffira pas à tout découvrir, mais comme tous ces albums qui se découvrent dans le temps, il vous faudra y revenir régulièrement pour vraiment en apprécier toutes les subtilités.
Je vous invite donc fortement à écouter cette très belle production qui montre que dans notre pays, nous avons de superbes talents qui mériteraient d’être bien plus mis en lumière, ça nous changera de la musique de supermarché en boite, aussi insipide qu’elle est mise en avant de toutes parts.
Un album que je recommande fortement pour toutes celles et ceux qui souhaiteraient ouvrir leur horizon musical et ressentir quelques émotions en écoutant de la musique….
_________________
Manu - Elfika
Groupe de métal symphonique français
Site ELFIKA
facebook ELFIKA
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Dim 3 Avr - 12:09 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bruce

Administrateur
Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 09 Oct 2012
Messages: 7 587
Localisation: Metal land
Date de naissance: 08/10/1965
Sexe: Masculin
Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent
MessagePosté le: Dim 3 Avr - 15:55 (2016)    Sujet du message: Chronique "The Warning Signal" de The Long Escape Répondre en citant

Merci pour cette superbe chronique.

Je ne sais plus trop quoi rajouter... THE LONG ESCAPE mérite plus qu'une simple écoute et tu as bien fait de le dire, il en faut plusieurs pour l'apprivoiser.

Ce groupe mérite un support sans faille de la part des fans, et d'un bon label, j'aimerais beaucoup savoir ce qu'ils peuvent donner en concert, je suppose que leur côté plus "violent" prendra le dessus et qu'ils n'essaieront pas de reproduire l'album tel quel.

Si une personne peut en témoigner, qu'elle n'hésite pas à venir nous en faire part. pouce

Pour conclure, super groupe, super album, n'hésitez pas à vous plonger dans leur monde !!!! Heavy Métal
_________________
FACEBOOK METALDREAM.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:51 (2017)    Sujet du message: Chronique "The Warning Signal" de The Long Escape

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> CHRONIQUES ALBUMS.
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures