METALDREAM Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Chronique "Lifetimes" de Fourth Circle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> CHRONIQUES ALBUMS.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elfika

Musicien/Chroniqueur
Musicien/Chroniqueur

Hors ligne


Inscrit le: 07 Mai 2014
Messages: 143
Localisation: Paris
Date de naissance: 10/06/1973
Sexe: Masculin
Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 19:31 (2015)    Sujet du message: Chronique "Lifetimes" de Fourth Circle Répondre en citant

4Th CIRCLE "Lifetimes" (Mai 2013) 

 
 



Originaire de: Hayange Genre: Metal Symphonique
 
LINE-UP :
Audrey Adornato - Chant
Julien Blanchet - Batterie
Henri Friedrich - Basse
Maxime Boriolo - Guitare
Olivier Keller - Claviers

  
 


Track-Listing :

1. Opening         05:39      

2. Past Isn't Everything 04:45   
   
3. The Beginning              05:36  
    
4. Neverending Madness            04:40   
   
5. Eternal Stream            05:02  
    
6. Wild as I Am 04:41      

7. Path to Eternity           06:16    
 
8. One Blink       05:13   
   
9. Stopping the Time     03:53  
    
10. Breathing Again        04:14    





  Le monde du métal symphonique a beaucoup évolué  ces dernières années, et nous avons pu assister à l’émergence de très nombreux groupes, tous très talentueux, expérimentant de nouveaux chemins ou au contraire suivant avec application les chemins tracés par leurs illustres prédécesseurs.
Quoi qu’il en soit, se faire une place et un nom dans cet univers bouillonnant et en perpétuelle évolution reste un grand défi auquel le sextet de « Fourth Circle » s’attelle vaillamment avec ce premier album.


La pochette de ce premier opus se révèle très travaillée et pleine de finesse et de symbolique.
Cet élément a une grande importance, car l’état d’esprit d’un groupe qui soigne aussi bien sa présentation et ses visuels se retrouvera forcément dans sa production musicale.
Le monde du métal et du symphonique nous a gratifié de magnifiques pochettes et livrets, et ne pas soigner cet aspect d’un album est une faute de goût évidente que de moins en moins de groupes commettent. Pour leur premier album, Fourth Circle est passé largement au-delà du piège et c’est donc avec impatience que nous pouvons nous plonger dans leur univers sonore et musical.


La première écoute de l’album dans sa globalité laisse une excellente impression.
Tout d’abord celle d’une écoute fluide, pas de temps morts, mais de longueurs, mais au contraire de belles surprises et des morceaux accrocheurs.
On sent une réelle influence à la Whithin Temptation dans le sens de la mélodie et de l’harmonie des morceaux, mais qui loin de tomber dans la facilité s’avèrent travaillés et plein de ressources, musicales et techniques.
La production globale est de bonne qualité, un son équilibré et plutôt bon, même si personnellement j’aime des sons de guitare plus tranchés, plus lourds, mais cela ne reste qu’un avis personnel.


Audrey emmène cet album avec brio, avec un chant majoritairement orienté sur son registre de soprano, mais pas seulement, car à l’image de des instrumentaux et des constructions de morceaux, elle ne tombe pas dans la facilité du tout lyrique et nous propose un panel extrêmement agréable de ses capacités vocales, avec même des incursions dans la voix saturés (sur « One blink »), qui, si à mon avis auraient pu être absentes sans rien retirer de la qualité du morceau, ont le mérite d’exister et de jouer leur rôle.
Son chant fluide et entrainant portant haut un timbre de voix clair survole parfaitement un ensemble de morceaux variés et souvent assez techniques.


L’album s’ouvre sur le bien nommé « Opening » et ses « tictac », mais quoi de plus normal pour un album qui s’appelle « Lifetimes ».
Intro travaillée qui nous plonge tout de suite dans une ambiance aux consonances symphoniques, atmosphérique, en forme d’histoire, portée par des orchestrations soignées, prenant des airs de musique épique. Son démarrage, bien que parfaitement intégré à l’ambiance posée aurait mérité d’être un peu plus puissant, plus enlevé en tempo, malgré une magnifique montée en puissance de la section rythmique, ce qui n’enlève rien à l’excellent travail des guitares qui annoncent d’ores et déjà un jeu puissant, nerveux et techniquement maitrisé.


« Past isn’t eveything » démarre sur un riff nerveux et se lance avec puissance.
La voix d’Audrey s’impose, survolant, chuchotant, emmenant un morceau aux guitares très actives et aux multiples facettes harmoniques. Comme cela a été souligné en préambule, le groupe ne tombe pas dans la facilité, même sur un morceau qui pourrait de prime abord s’avéré bouclé par son attaque vive et son rythme linéaire, les variations sont multiples, harmoniques et rythmique, instrumentales et vocales, avec un superbe finale d’Audrey qui nous donne un aperçu bien alléchant de ses superbes capacités vocales.
« The beginning » commence par un superbe duo piano – chant, ou l’excellence du clavier joue avec un chant plus feutré, plus intime.
Le morceau se développe de manière progressive, rejoint par une guitare puissante en accords francs et une rythmique plus fine qu’il n’y parait de prime abord.
Le morceau se révèle très progressif, déployant orchestration et une ligne de chant qui s’envole majestueusement. Les changements de tempo et les variations sont amené d’une manière douce et naturelle et d’un coup, sans heurt, nous nous retrouvons plongé au cœur d’une rythmique soutenue.
La production est toujours irréprochable, son excellent, effets travaillés sur la voix qui continue de nous surprendre par sa puissance pour un final explosif sur un rythme de double croches endiablé qui confirme la parfaite maitrise technique et rythmique des musiciens.
Les orchestrations suivent allègrement cette évolution, précises, symphoniques, mais sans excès, ce morceau est un petit bijou de construction métal symphonique, mon premier coup de cœur de l’album.


Une orchestration un peu plus puissante, très marquée métal symphonique nous arrive avec  le mélodieux "Neverending Madness". Les refrains sont entraînants et les aériennes oscillations vocales d'Audrey font des merveilles. Un superbe solo de guitare nous couronne l’ensemble ainsi qu'un break inattendu, propice à une soudaine explosion instrumentale. Sur de telles rythmiques hétérogènes, insufflant des atmosphères éparses, l'exercice s'avère redoutable et dénote du travail de fond sur cet album. On ne peut rester insensible à ces morceaux qui nous touchent, et nous entrainent à vouloir les écouter un peu plus et plus souvent.
Les morceaux s’enchainent, délivrant chacun leurs perles, leurs surprises, tout en restant fidèles aux bases posées dès le début de l’album, chant envoutant, guitares nerveuses, mélodiques et puissante, rythmique implacable mais aussi extrêmement fine et travaillée, orchestrations maitrisées, qui nous emmènent dans divers ambiances, atmosphère et soutiennent les passages les plus agressifs sans faillir.
« Wild as i am » morceau rythmé avec de faux airs de pop  en particulier sur son refrain, accrocheur et efficace, s’ouvre sur une belle démonstration technique de la guitare
Mais l’analogie pop en reste là, solo de guitare émérite et virtuose, modulations rythmiques, riffs nerveux, ne vous y trompez pas, tout est là dans ce morceau pour en faire une belle pièce de métal symphonique.
Le final est épique, entre orchestrations et guitare lead.


« Path to eternity » s’ouvre sur une ambiance presque inquiétante, profonde, entre violons, percussions et chant lead. Sur un mid-tempo le morceau nous entraine dans une danse musicale qui serpente entre ligne vocale et orchestrations, soutenu par une rythmique toujours aussi impeccable.
Le pont nous plonge un peu plus dans l’ambiance du morceau avant un final tout en puissance avec toujours cette maitrise désormais acquise des montées en puissance des orchestrations et des morceaux.


Tout aussi entraînant, "One Blink" nous apporte de magnifiques montées en puissance et d'un rare relief vocal chez Audrey qui s’affirme dans son rôle de déesse métal symphonique. Un superbe riff synchronisé violons – guitares soutenu par une rythmique en double impeccable finissent d’ouvrir ce morceau. Les qualités lyriques d’Audrey s'immergent dans un morceau aux accords bien calibrés, forts de nappes riche en couleurs et très puissantes. Ce titre, à la mélodicité assez nuancée et contrastée  à défaut d'être des plus séduisantes reste remarquable par l’excellent travail des orchestrations et des riffs.
Comme cela a déjà été évoqué, le final en voix saturé, s’il remplit son rôle dénote malgré tout au regard de la maitrise absolue du chant clair d’Audrey et n’apporte pas au final la plus-value escomptée tout en restant très honorable.


Vient ensuite  l'envoûtant "Stopping the Time", à l'atmosphère orientale mêlée à une belle énergie rythmique. Ses couplets sont taillés sur mesure et ses refrains enjoués atteignent parfaitement leur cible, cet équilibre maintenu entre refrain accrocheur et constructions complexes.
On surfe sur cette vague très agréable de morceaux à la fois accrocheurs mais jamais simplistes.
L’album se termine avec  « Breathing again » qui clôture avec brio ces dix morceaux pour le moins surprenants et très accrocheurs, comme une sorte de synthèse de tout le savoir-faire que Fourth Circle nous a distillé.


Au final, cet album s’avère très accessible, tant sur le plan mélodique que rythmique. Un public néophyte n’aura pas de mal entrer dans son univers, séduit par les mélodies accrocheuses et un chant qui ne failli pas, mais un public plus averti et plus critique y trouvera aussi nombre de points pour satisfaire ses attentes au travers de constructions travaillées, de riffs puissants, de solos digne du métal et d’orchestrations parfaitement en place, symphoniques sans excès, posant des ambiances profondes et séduisantes.
D’aucuns, en étant plus pointilleux, pourraient attendre avec de telles bases des arrangements plus aboutis, des finitions plus profondes sur les morceaux, exploitants pleinement les filons ouverts, pour porter plus vers l’avant les quelques morceaux que l’on pourrait considérer comme un peu en « retrait »… Mais n’oublions pas qu’il s’agit là d’un premier album, et que le travail réalisé est tout simplement énorme, tant en matière de réalisation que de composition.
Le chemin pour se hisser au rang des pointures incontournables du métal symphonique est long est ardu, mais avec ce premier album, Fourth Circle en prend la voie.
On ne reste pas sur notre faim, et c’est un album qui s’écoute avec plaisir, et même plusieurs fois.
Si certaines comparaison ont pu être faites, ne tombez surtout pas dans le piège, cet album a son esprit, son âme qui lui sont propre, il y a un style « Fourth circle » que l’on peut apprécier sans aucun mal. Gageons que ce n’est que le début d’une belle ascension pour un groupe qui devrait rapidement s’imposer à la grande table des révélations du métal symphonique.


 

 
Liens : https://www.youtube.com/channel/UCFSZYwvX7cC3oExyrTiitBw (Youtube)
https://www.facebook.com/4thcircle/timeline (Facebook)
http://www.4th-circle.com/ (Site officiel) 


_________________
Manu - Elfika
Groupe de métal symphonique français
Site ELFIKA
facebook ELFIKA
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 19:31 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bruce

Administrateur
Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 09 Oct 2012
Messages: 7 587
Localisation: Metal land
Date de naissance: 08/10/1965
Sexe: Masculin
Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent
MessagePosté le: Ven 13 Nov - 15:27 (2015)    Sujet du message: Chronique "Lifetimes" de Fourth Circle Répondre en citant

Merci pour cette excellente chronique.

4Th CIRCLE a été une excellente découverte pour moi, Alain Ricard (De Brennus) est un sacré dénicheur de groupes talentueux.

Comme je le dis toujours, je ne suis pas un grand fan de Metal symphonique, mais voilà que j'ai encore craqué. Comment résister à cette superbe voix, aux guitares bien Metal, et à toutes ses superbes Mélodies ???? Je n'ai pas pu.

Les amateurs du genre vont encore être comblés, je ne peut que le conseiller plus que vivement à tous les fans de Metal, d'abord, et bien entendu aux fans de ce style en perpétuelle évolution (Qui en avait besoin, au risque de sombrer).

Tu as tout dit, je n'ai rien à rajouter !!! Foncez sur l'album !!!! Heavy Métal
_________________
FACEBOOK METALDREAM.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
CORALIE

Administrateur
Administrateur

En ligne


Inscrit le: 13 Oct 2012
Messages: 3 492
Localisation: LYON
Date de naissance: 30/09/1975
Sexe: Féminin
Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent
MessagePosté le: Ven 13 Nov - 17:29 (2015)    Sujet du message: Chronique "Lifetimes" de Fourth Circle Répondre en citant

très belle chronique pouce pouce
_________________
MA CHAINE YOUTUBE.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:49 (2017)    Sujet du message: Chronique "Lifetimes" de Fourth Circle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> CHRONIQUES ALBUMS.
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures