METALDREAM Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Interview BIND TORTURE KILL

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> INTERVIEWS.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
davidnonoise

Activiste.
Activiste.

Hors ligne


Inscrit le: 01 Sep 2014
Messages: 184
Localisation: caen
Date de naissance: 17/03/1972
Sexe: Masculin
Poissons (20fev-20mar) 鼠 Rat
MessagePosté le: Ven 26 Juin - 12:53 (2015)    Sujet du message: Interview BIND TORTURE KILL Répondre en citant



Interview BIND TORTURE KILL



1 Salut, procédons par la classique entrée en matière, c’est-à-dire de la bio du groupe, avant de rentrer dans le vif du sujet.


Bind Torture Kill est un groupe de métal extrême qui existe depuis bientôt une dizaine d'années. Nous sommes du Nord Isère, à une soixantaine de kms de Lyon, on a sorti Condamné notre premier album au début de l'année. Depuis nos débuts nous avons essentiellement tourné dans la région Rhône-Alpes et l'histoire du groupe a souvent été malmenée par une instabilité au poste de bassiste, ce qui nous a fait perdre pas mal de temps et de dynamique. Après plusieurs petites démos, on a sorti un premier EP début 2013 qui nous a permis de revenir un peu dans la scène locale après une période d’inactivité. Durant cette même année 2013, on s'est séparés de notre bassiste de l'époque pour continuer à 3, avec une guitare, une batterie et un chant. Nous avons donné quelques concerts dans cette configuration, les retours ont été plutôt positifs donc on a continué dans cette voie. En 2014 nous sommes rentrés en studio pour enregistrer Condamné et inscrire ainsi sur un support notre nouveau son en tant que trio. Et puis fin janvier 2015, on l'a sorti en autoproduction.


2. BTK c’est aussi le tueur en série, Dennis Rader dit BTK ( bind torture kill : ligoter ,torturer ,tuer), mis à part le sigle de ce tueur, il semble aussi vous avoir inspiré pour les lyrics non? Car quand je vois les titres «  bain de sang, abattage.. » Je trouve de suite un rapport.


Dennis Rader est en effet à l'origine du nom du groupe. On a choisi ce nom car on trouvait que ça sonnait bien et que c'était assez fun de s'appeler comme ça… ! Ce nom a été déterminant pour l'orientation des paroles du groupe, ça nous a donné une ligne directrice : le meurtre sanguinaire et choquant. Dennis Rader était surtout présent dans l'EP de 2013, quasiment tous les titres lui étaient consacrés. Pour Condamné, ce n'est pas le cas, seul le morceau Bestial peut lui être rapproché, car il s'agit d'une introspection dans l'esprit d'un tueur, mais à aucun moment son nom n'y est mentionné. Les textes de l'album narrent des histoires de mecs qui tuent d'autres mecs par vice, par maladie mentale ou par contrainte, dans des conditions remarquablement sordides et qui sont célèbres pour ça. Vu qu'on n'est pas misogynes on parle également de femmes parfois, comme dans Bain de Sang. Ce qu'il y a de bien avec les crimes, c'est que ce ne sont pas les sujets qui manquent et c'est un domaine dans lequel l'homme excelle depuis toujours... ça ne s'arrêtera pas demain ! Et quand Olivier nous amène ses textes, souvent ça nous fait bien marrer, car même nous ça nous choque. Donc les textes sont sanglants, le ton est neutre et les champs lexicaux de la violence, de la mort et de la torture sont récurrents. C'est plutôt cohérent par rapport à ce qu'on fait musicalement.
Mais dans notre vision globale de la musique, le chant ne sert pas uniquement à véhiculer un message par des mots, c'est un instrument à part entière et on considère que les paroles ne sont pas les seuls vecteurs de sens dans un morceau.


3. Au mois de Mai j’ai découvert un clip de BTK pour le titre « Abattage »,un clip « maison ». Un clip coute très cher à réaliser, c’est pour cela que vous vous êtes rabattu sur un clip qui ne montre que les membres du groupe ?


C'est un clip qu'on a en effet réalisé avec les moyens du bord dans notre local. On n'avait pas d'idée précise de scénario et on ne voulait pas tomber dans les clichés du genre, donc on a opté pour une prise brute dans notre local, en noir et blanc, afin de retranscrire au mieux l'énergie qu'on peut dégager en live.


4. L’album est sorti depuis quelques mois maintenant, quels ont étés les retours sur Condamné de manière générale ? L’album a-t-il ouvert quelques portes ou contact sérieux pour une signature ?


On a eu pas mal de retours positifs, quelques chroniques bien sympathiques dans des webzines français et aussi étrangers. Ça nous encourage pour la suite, nous conforte dans notre musique. Pour ce qui est du label, on n'a pas eu de contact sérieux pour l'instant. Nous avons des disponibilités compliquées en ce moment, ce qui nous empêche de partir en tournée. Or pour signer avec un label il faut être en mesure d'assurer au moins une tournée par an. Peut-être que l'avenir nous le permettra. On l'espère en tout cas !


5. « Condamné » est un disque très direct et violent, il semble sorti directement des tripes, sans réel calcul, combien de temps a-t-il fallu pour l’écrire et lui donner sa touche finale ?


On a voulu miser
sur l'efficacité, que ça sonne violent et sombre. En général, dans notre processus de composition une trame concrète de morceau se dessine rapidement, mais on travaille toutefois beaucoup les détails, rythmiques notamment. Aussi pour Condamné nous avons moins misé sur la technicité des riffs, « simplifié » un peu les structures au profit de l'efficacité ; les morceaux sont dans l'ensemble moins longs, il y a quelques instants de répit pour aérer et assombrir un peu le tout. La composition nous a pris une petite année, la mise en forme de l'album également ; c'est cette dernière étape qui nous a paru très longue.




6.Justement sur une échelle de 1 ( facile) à 10 ( très galère) à 
combien estimes tu la difficulté à sortir « Condamné » ?


Je dirai 5 car je ne pense pas qu'il y ait d'album facile à sortir. C'est pareil pour tous les groupes, il y a des imprévus, un investissement important que ce soit financièrement mais aussi personnel. Les prises de son ont été rapides, mais ce qui nous a fait galérer c'est le mixage. On y a perdu beaucoup de temps car notre ingé son n'avait jamais fait de musique extrême et que l'enjeu de cet album était d'arriver à ce que ça sonne sans basse. La pochette nous a également pris pas mal de temps car on l'a faite nous-même.


7. Vous avez fait quelques lives depuis la sortie du skeud, je sais qu’il est difficile de ramener du monde aux concerts mais, comment se sont t’ils passés en général ces shows ?


Ça s'est très bien passé, on a fait quelques bonnes scènes. Les salles n'étaient pas combles mais c'était raisonnable, le public a bien réagi et il y avait de la bière gratuite et des potes donc on s'est bien marrés! Le concert qui nous a le plus marqué a eu lieu au skate park de Grenoble pendant un contest de skate, un pur moment fun et rock n'roll !


8. On parle beaucoup du crowdfunding en ce moment ,as-tu un avis sur la question et BTK serait-il tenté pas ce style de participation sous forme de dons des fans ?


Quand tu vois le prix que coûte un album, c'est un concept intéressant dans lequel certains groupes trouvent leur compte. Sinon c'est marrant quand tu te penches sur certaines compensations que les groupes proposent...


9. Que ce passe t’il en ce moment pour BTK ? Vous êtes concentrés sur les futurs concerts ou avez-vous déjà enclenchés du travail sur de nouvelles compositions?


La fin d'année risque d'être compliquée niveau concert compte tenu de nos disponibilités, nous avons donc commencé à composer pour le prochain, on espère pouvoir enregistrer courant 2016 et tourner davantage à ce moment-là.


10. J’ai lu quelques part que malgré que vous ne soyez que 3 sur scène, vous comptez pour 5 mecs tellement vous vous donnez, la forme de trio, sans bassiste ,c’est un choix ou un « malgré vous » ?


Oui et non. En 2013 nous avons délibérément décidé de nous séparer de notre bassiste et de continuer à 3, plutôt que d'arrêter une fois de plus, le temps de trouver un remplaçant. Tu sais on habite la campagne, pas loin de Lyon, mais suffisamment pour que les musiciens avec qui ça pourrait coller ne courent pas les rues. Et il n’est pas question pour nous d’avoir un membre qu’on voit pour une répétition une fois par mois et avec qui on doit travailler à distance.
Par contre BTK n'est pas figé sur ce line up, on n'exclue pas une bonne rencontre et l'intégration d'un bassiste un jour, car le son de basse bien gras on adore ça ! A l'époque on s'était dit également que ce n'était pas en restant dans notre cave qu'on ferait cette rencontre. Enfin comme tu l'as fait remarquer, on a eu des bons retours par rapport à nos lives à 3, donc ça nous a mis en confiance, on est bien comme cela, on se fait plaisir.


11. Abordons un sujet « sensible » certains webzine ne veulent que du skeud physique, d’autres font payer les chroniques…. Vous avez contacté beaucoup de webzine pour la promo de « condamné » ? Combien y’a-t-il eu de retours ?


On a contacté 5 ou 6 webzines français, tous nous ont chroniqués sauf un je crois. N'ayant pas de label, on ne s'attendait pas à grand-chose et finalement nous avons été agréablement surpris et fiers d'avoir des chroniques très positives. En parallèle, via un contact du Portugal on a fait de la promotion en Europe et aux Etats Unis, ce qui nous a donné un peu de « visibilité » à l'étranger et des chroniques en hollandais, portugais, anglais, allemand... c'est puissant de t'apercevoir que tu peux plaire ailleurs qu'en France.
Pour ce qui est du skeud physique, c'est un peu une règle établie, on ne se pose même plus la question, quand on est au moment du pressage des CD on en prévoit toujours pour la promotion. Mais pour le coup, à l'heure du numérique c'est bien qu'il y ait des webzines comme le tien qui permettent d'économiser un peu et de simplifier la démarche.


12. BTK est musicalement difficile à classer, vos influences sont-elles si diverses que ça, ou est-ce simplement la musique qui sort a l’état brut de vos tripes ?


On n'a jamais voulu faire une musique « à étiquette », je pense que l'explication est là, ça a donné une personnalité propre (sale aussi…) à BTK. On ne calcule pas trop, on fonctionne beaucoup à l'instinct en fonction de notre inspiration tout en tentant de rester cohérents. Ce qui est positif c'est que nous avons moins de limites (à part les limites techniques évidemment...) et qu'on peut se permettre d'incorporer des sons différents, d'évoluer, de tenter des choses. Les décisions sont prises ensemble pour savoir si ce sera du BTK ou pas. C'est vrai que quand on nous questionne sur notre style, on a du mal à le définir! C'est un avantage car cela sous-entend une certaine originalité, mais ça nous porte parfois préjudice car beaucoup de personnes ont besoin des codes pour se retrouver dans une musique... Pour les influences, ce n'est pas parce qu'on a un style plus personnel qu'on révolutionne le genre pour autant. De nos jours peu de groupes inventent vraiment quelque chose, on est forcément influencés. On écoute du métal depuis qu'on est gamins, cela va du stoner au grindcore, c'est assez vaste. Depuis quelques années on a découvert des sons plus crades, plus malsains, plus extrêmes. Vu que c'est ce qu'on aime, on en incorpore forcément des éléments dans notre musique. En définitive on évolue en fonction de ce qu'on aime musicalement, ça contribue à construire notre style.


13. C’est un bon chiffre pour terminer, alors à toi la conclusion avec le max de pub pou BTK,dates de concerts, liens, bref tu peux même partir dans un trip de dix pages si tu veux. Et merci pour la musique et les réponses


Merci à toi et à l'énorme boulot que tu abats avec ton webzine, sans te préoccuper de la notoriété de tel ou tel groupe, mais en laissant sa chance à tout le monde d'être chroniqué et interviewé.
Merci à ceux qui s'intéressent à nous et qui nous suivent, venez sur notre page facebook, découvrir et partager l'album et notre clip afin de nous donner un petit coup de pouce. C'est aussi grâce à cela qu'on pourra se donner rendez-vous plus souvent sur scène.

YOUTUBE


FACEBOOK


BANDCAMP
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Ven 26 Juin - 12:53 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bruce

Administrateur
Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 09 Oct 2012
Messages: 7 696
Localisation: Metal land
Date de naissance: 08/10/1965
Sexe: Masculin
Balance (23sep-22oct) 蛇 Serpent
MessagePosté le: Sam 27 Juin - 12:22 (2015)    Sujet du message: Interview BIND TORTURE KILL Répondre en citant

Merci à vous pour cette super interview, je connais bien le groupe, je possède l'EP et "Condamé" et ils sont vraiment excellents.

J'ai beaucoup appris sur le groupe grâce à cette interview.

Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, direction le Bandcamp !!! Heavy !!!!!!!
_________________
FACEBOOK METALDREAM.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:47 (2017)    Sujet du message: Interview BIND TORTURE KILL

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    METALDREAM Index du Forum -> MUSIQUE. -> INTERVIEWS.
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure